Après le Black Power, la libération des femmes suivi de comment j’ai commencé à écrire

En écrivant Après le Black Power, la libération des femmes en 1969, Gloria Steinem se retrouve propulsée sur le devant de la scène politique. Dans cet article paru dans le New York Magazine, l’autrice tire des leçons de son engagement auprès d’activistes afro-américaines et dresse un parallèle entre le mouvement des droits civiques et celui de la libération des femmes.

Infantilisés et victimes de violence physiques, verbales ou morales, les Noirs et les femmes organisent de manière similaire leur mouvement d’émancipation aux États-Unis. Steinem montre ainsi l’universalité du Black Power et du mouvement de libération des femmes qui prônent tous deux la liberté. Restant lucide sur les obstacles qui se dressent contre la marche vers un monde plus libre, Steinem souligne qu’il faut rester vigilant et ne jamais prendre les libertés individuelles pour acquises.

À l’ère du Black Lives Matter et de la création de nombreux collectifs féministes, l’autrice de l’emblématique Actions scandaleuses et rébellions quotidiennes pose un regard critique sur les mouvements d’émancipation, et donne des clés pour les comprendre.

LE QUOTIDIEN | Les Éditions du Portrait publient ses livres en français et elles viennent de sortir deux de ses tous premiers textes : Après le Black Power, la libération des femmes et Comment j’ai commencé à écrire. Des textes qu’elle rédige de ses débuts dans le journalisme, car c’est là qu’elle a fait ses armes. Ambre Chalumeau.

ELLE | La démocratie commence à la maison | A 87 ans, la féministe américaine Gloria Steinem continue de se battre avec la même ferveur. A l’occasion de l’édition française de ses textes de jeunesse, elle se livre en toute sororité. Une interview par Flavie Philippon.

FRANCE INTER | Lettre à Gloria Steinem | Chère Gloria Steinem, aujourd’hui vous fêtez vos 88 ans. Et presque autant de combat pour les droits des femmes de l’autre côté de l’océan. Anne-Cécile Mailfert, militante et écrivaine féministe, fondatrice de La Fondation des femmes.

LIVRES HEBDO | Quatre ans après la publication française d’Actions scandaleuses et rébellions quotidiennes – qui avait fait ressurgir cette icône des années 1960s -, deux textes de Gloria Steinem de 1969 et 1965 dévoilent une nouvelle fois sa verve militante. Marie Fouquet

MADMOIZELLE | À l’instar de James Badwin et de Eddie Glaude, Gloria Steinem alerte sur le fait qu’il faut reconnaître les oppressions pour aller de l’avant. Deux textes et une preuve en plus que les mots, lorsqu’ils sont justes, peuvent participer à bousculer le monde pour le rendre plus égalitaire. Marie Chéreau.

Quelques années plus tard, dans un article publié dans le magazine Glamour, Steinem parle de ce qui l’a poussée à prendre la plume. Source de son engagement, l’écriture la suit depuis sa plus tendre enfance. D’abord lectrice, Steinem s’est très vite tournée vers l’écriture tout d’abord pour l’université, puis pour son métier de journaliste. Comment j’ai commencé à écrire est le récit des différentes expériences de l’autrice qui se propose de donner une série de conseils à celles et ceux qui souhaiteraient faire de l’écriture leur métier.

 

Traduit de l’américain par Marguerite Capelle. Couverture © Tylor Durand
Format 10. 5 x 15. Prix 7,90 euros | 62 pages. ISBN 978 237 120 0395
Non Fiction | Petite collection

Gloria Steinem est née en 1934 dans l’Ohio. Après le succès de son article Après le Black Power, la libération des femmes, elle parcourt les États-Unis en tant que conférencière pour diffuser des idées féministes. Cofondatrice de nombreuses associations de défense des droits des femmes, Steinem a également fondé des médias comme Ms Magazine avec Dorothy Pitman Hughes et le Women Media Center avec Robin Morgan et Jane Fonda. Autrice de nombreux livres, elle est aujourd’hui une figure féministe incontournable et une icône de la culture populaire américaine. Elle vit à New York.

 

**** RAPPEL

Les Éditions du Portrait ont fait connaître Gloria Steinem en France avec Actions scandaleuses et rébellions quotidiennes publié en 2018. Dans ce livre, un texte est consacré à l’écriture : « Trouver les mots qui permettront aux gens d’agir ensemble tout en appréciant leurs individualités respectives est sans doute la fonction la plus féministe et la plus profondément révolutionnaire de l’écrivain(e) » Les mots et le changement.